Skip to content

JEAN-PIERRE DICK : UN SKIPPER PERFECTIONNISTE

21 décembre 2010

Surnommé JP ou le « Gentleman skipper » par Loïc Perron, Jean-Pierre Dick ne laisse rien au hasard au niveau de sa préparation. Le double vainqueur de la transat Jacques Vabre (2003 et 2005) et de la dernière édition de la Barcelona World Race est d’ailleurs reconnu pour être un travailleur acharné.

Propos recueillis par Nathalie Pradeau


En quoi consiste votre préparation physique ?

Je fais beaucoup de foncier. Je nage tous les matins environ un kilomètre et souvent le soir pour me décontracter. J’ai arrêté le footing qui était trop traumatisant pour mes articulations. Je fais aussi de la musculation avec mon préparateur physique pour renforcer mon dos. Sur le bateau, nous avons beaucoup de positions où le dos est sollicité, on est beaucoup à genoux, on porte des poids… Avant des courses importantes, je me prépare 6 mois, un an à l’avance. Je n’ai plus 20 ans vous savez alors quand je fais de sport je récupère moins vite et puis les bateaux sont très physiques.

Vous travaillez également avec une diététicienne et êtes très vigilant concernant votre alimentation en mer ?

C’est important de bien se nourrir pour avoir les forces nécessaires aux efforts demandés. L’alimentation permet également de mieux appréhender le sommeil ou la vigilance. Une alimentation sucrée permet de dormir plus facilement et une alimentation plus protéinée permet de mieux tenir avant des manœuvres importantes notamment le soir. J’ai appris à jongler avec les deux.

J’essaye aussi de bien penser à boire, on a tendance à se sous hydrater et ça occasionne des crampes.

Êtes-vous sensible au goût des aliments ?

Oui beaucoup, je sélectionne des aliments que j’aime bien et puis j’ai des aliments plaisir, de la viande des grisons, du bon chocolat, je choisis des desserts lyophilisés à la vanille, au chocolat. Certaines marques font de bonnes choses.

Après une longue course sur quoi vous jetez-vous en rentrant ?

Un bon steak, un filet de bœuf, un tournedos Rossini !

Le sommeil des navigateurs est très particulier comment vous préparez-vous ?

Je travaille depuis longtemps avec le docteur François Duforez et l’équipe du centre du sommeil de l’Hôtel Dieu à Paris. J’ai appris à connaître mes cycles de sommeil qui sont de 1 heure 15, j’essaye en mer d’en passer 3 à 5 sur 24 heures. Je fais aussi des siestes d’ ¼ d’heure, d’½ heure et des micro siestes. Une bonne posture, un peu de chaleur, on se laisse aller et on peut reprendre les commandes en un quart de seconde si besoin.  Il faut faire attention de ne pas user son potentiel de récupération, de ne pas tomber en zone rouge. Il faut avoir du bon sens et bien se connaître.

Que redoutez-vous le plus en mer ?

D’affronter de grosses tempêtes et de casser mon bateau. C’est mon outil de travail, c’est ma vie.

Crédit photo : Chris Lewis

 

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :