Skip to content

SUR LES TRACES DES PARISIENNES

7 février 2011

La Parisienne est une course conviviale mettant en avant le sport, la santé et la solidarité. SanteSportMag est parti à la rencontre d’athlètes amateurs, fières de la courir et pleines de bonne volonté pour s’engager dans la lutte contre le cancer du sein. Béatrice Laurent est responsable du sponsoring sportif chez Weleda (chrono : 29 min 45s), Chantal Galus, chef de groupe marketing eaux minérales pour St-Yorre (37 min) et Sylvie Dervaux, responsable communication pour Tena (43 min 56 s).

Propos recueillis par Gaëtan LEFEVRE


Comment vous êtes-vous organisée pour préparer La Parisienne ?

B.Laurent : Nous avions constitué un team au sein de l’entreprise Weleda. C’était l’occasion de se retrouver entre collègues pendant la pause « déjeuner ». Cette année, 120 femmes du groupe international Weleda ont couru dont une trentaine de la filiale française. Nous avons eu la chance d’être préparées et suivies par un coach dynamique et motivant.

C.Galus : De nature, je ne suis pas une sportive ou une fan de la course à pied mais plutôt une femme active aimant bouger et le sport loisir. J’ai décidé de participer à La Parisienne pour me prouver que j’étais aussi une compétitrice. Le dimanche matin au lieu de faire la grasse matinée ou de traîner à la maison, j’allais courir. Évidemment, en hiver, la motivation est plus dure à trouver. Heureusement, j’ai pu compter sur mon amie, Edyta, qui a démarré en même temps que moi l‘entrainement et m’a poussé les jours où j’étais découragée. Finalement, on a franchi la ligne d’arrivée ensemble ! La course à pied est un sport exigeant mais aussi très gratifiant lorsque l’on va au bout de ses objectifs. La Parisienne m’a donné le goût de l’effort.

S.Dervaux : J’ai recommencé à m’entraîner régulièrement en 2007 lorsque notre marque TENA (leader des protections pour fuites urinaires) est devenue partenaire de La Parisienne. Nous avions décidé avec des collègues de constituer une équipe TENA. Il me fallait donc être en forme !

Quel a été votre entraînement ?

B.L. : Je cours régulièrement toute seule. J’ai donc rajouté 2 à 3 séances par semaine avec mon équipe. Dans l’ensemble nous étions régulières… surtout les jours où il faisait beau.

C.G. : J’ai commencé par courir, avec Edyta, le dimanche matin pendant environ 20 minutes. Puis on a intensifié notre rythme. Les deux derniers mois, on était à 2 séances par semaine, toujours sans trop forcer. Au départ, on s’arrêtait fréquemment pour souffler et boire mais peu à peu on a pu courir sans s’arrêter… ou presque.

S.D. : Je cours tous les dimanches matins et je vais, de temps en temps, en salle de sport pour faire un peu de musculation.

Avez-vous modifié votre alimentation ?

B.L. : Je pense manger sainement et équilibré tout au long de l’année.

C.G. : Non ! Je fais attention à prendre des petits-déjeuners légers lorsque je cours : jus de fruit et 2 ou 3 tartines. Je prends aussi toujours soin de boire avant et j’emporte ma petite bouteille de 50 cl de St-Yorre pour bien me réhydrater pendant et après la course. St-Yorre apporte aussi des bicarbonates naturels, ce qui est très bon pour  limiter les problèmes d’acidose. Dans l’effort, les muscles   produisent  de l’acidité en excès, ce qui peut provoquer entre autre des crampes ou des courbatures. Le bicarbonate que l’on trouve naturellement dans certaines eaux minérales comme St-Yorre peut aider à les combattre.

S.D. : Non pas spécialement !

Avez-vous été victime de blessures ou de douleurs ?

B.L. : Non ! Je m’efforçais de suivre les conseils de notre coach, tant au niveau de l’échauffement que de la récupération. Une bonne séance de course à pied s’achève toujours par une série d’étirements. J’ai aussi mon petit secret ! Pour améliorer la préparation et la récupération musculaire ainsi que pour diminuer les courbatures, j’utilise généralement l’Huile de Massage à l’Arnica Weleda.

C.G. : Non seulement un peu de fatigue… saine.

S.D. : Non, pas du tout !

Quels bénéfices retirez-vous de votre pratique sportive régulière ?

B.L. : Courir dans la nature et sentir que mon corps travaille m’aide à faire le vide et à décompresser. Mais ce qui importe pour un événement tel que La Parisienne est l’esprit d’équipe. C’est un moment de fête inouï. Il faut vraiment le vivre pour comprendre. D’ailleurs, l’an prochain, Weleda lance des séances d’entraînements pour les femmes dans 7 villes en France avec des coaches Weleda et pour tout niveau ! (plus d’infos à partir de mi janvier 2011 sur le site : www.weleda-sport.fr)

C.G. : De l’énergie au quotidien ! Et un bien-être physique et mental ! On se prend vite au jeu et à la compétition. Courir devient un besoin pour se libérer du stress et de la fatigue quotidienne. C’est toujours bon de se vider la tête. Je remercie d’ailleurs les organisateurs de La Parisienne pour l’ambiance formidable qui se dégage lors de la course. Mon envie de courir vient de cette atmosphère admirable.

S.D. : J’ai retrouvé du souffle, de l’endurance ainsi qu’une plus grande souplesse musculaire. Courir me permet de me décontracter et me détendre !

Que représente, pour vous, l’engagement dans la lutte contre le cancer du sein ? Vous sentez-vous touché par ce combat ?

B.L. : Savoir en plus que l’on court pour une bonne cause, une maladie qui touche presque 10 % de femmes en France, c’est formidable !

C.G. : Je suis évidemment touchée par ce combat…  comme toutes les femmes, je pense. On se doit d’être solidaires à cette belle cause. Je trouve cela très bien que la course s’engage à apporter un soutien moral et financier.

S.D. : Cet engagement est important pour moi car la pratique du sport, comme le jogging, aide à rester en forme et à prévenir les cancers. La marque TENA s’engage aussi dans cette lutte. En étant partenaire et présent sur le village de La Parisienne, l’équipe TENA donne aux coureuses des informations sur les fuites urinaires et des conseils pour muscler leur périnée. 39 % des sportives sont concernées par des petites fuites urinaires (Etude TENA/Ifop 2007), il est donc important d’en parler. TENA contribue ainsi au bien-être des femmes, dans son ensemble !

3 commentaires leave one →
  1. 24 février 2011 5:44

    ..Valrie Longin 40 ans consultante pour le groupe Mdric Malakoff a particip pour la seconde fois lanne dernire aux cts de 225 autres collgues. En effet pour chaque participante inscrite 1 euro est revers en faveur de la lutte contre le cancer du sein. Facteur de motivation supplmentaire son entreprise a dcid daller plus loin lanne dernire en reversant 100 euros pour chaque inscrite.

  2. 26 février 2011 1:07

    Est-ce que je vais y arriver? Je ne me suis pas assez entrane Quelle bonne copine je pourrais convaincre de sinscrire avec moi?… toutes les raisons sont bonnes pour faire durer le plaisir de linscription mais vous risquez de passer ct de cette dition aux couleurs du Mali ! Pour info les derniers dossards devraient partir avant la date du 31 aot annonce.

  3. 1 mars 2011 3:47

    Est-ce que je vais y arriver? Je ne me suis pas assez entrane Quelle bonne copine je pourrais convaincre de sinscrire avec moi?… toutes les raisons sont bonnes pour faire durer le plaisir de linscription mais vous risquez de passer ct de cette dition aux couleurs du Mali !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :