Skip to content

SENEGAZELLE, L’HUMANITAIRE AU FEMININ

6 juin 2011

Créé par l’Association Bretagne Outdoor, la Sénégazelle est une aventure sportive solidaire, 100 % féminine. Cette course, dédiée aux femmes et à l’Homme, aide à la scolarisation d’enfants africains. Le docteur Nicole LE ROUX nous présente la Sénégazelle.

Propos recueillis par Gaëtan LEFEVRE

Pouvez-vous nous décrire, en quelques mots, ce qu’est la Sénégazelle ?

La Sénégazelle est une épreuve de course à pied en 5 étapes de 8 à 12 kilomètres, 100 % féminine qui se déroule au Sénégal dans la région du Sine Saloum, au sud de Dakar. Les séjours ont lieu pendant la saison sèche. Les températures moyennes oscillent entre 22 et 30 degrés le jour, 16 et 20 degrés la nuit.

Chaque arrivée d’étape est située dans une école où une action de solidarité est organisée. La Sénégazelle ne se limite donc pas à la course à pied, mais les participantes s’engagent dans des actions humanitaires et notamment la dotation en matériel scolaire d’écoliers sénégalais.

Pourquoi avoir choisi d’en faire une course spécialement féminine ?

La Sénégazelle veut aller au bout de la chaîne de solidarité, c’est-à-dire jusqu’aux enfants. Et il est plus facile dans certains pays, notamment en Afrique, d’aller à la rencontre des enfants et des mamans avec un groupe exclusivement féminin. Nous sommes ainsi sûrs que chaque enfant recevra en main propre son trousseau scolaire.

La Sénégazelle permet de réunir tout type de concurrentes quelque soit son age, depuis les adolescentes jusqu’aux femmes de plus de 60 ans, sa condition sociale, sa nationalité. Pour cette édition 2011, 9 nationalités différentes sont présentes, des couples mères-filles, des groupes d’amies, etc. Chaque participante investit la course en fonction de ce qu’elle recherche. Certaines plus entraînées visent un classement, mais pour l’ensemble la motivation est la recherche d’un dépaysement physique et humain dans un cadre exceptionnel à travers le partage d’expériences et le désir d’aider des petits écoliers. Cette philosophie est celle de Jean Michel FERRON, le directeur de la course

Comment s’organise le staff médical ?

L’équipe médicale est composée de trois membres : un médecin, une infirmière et un secouriste. La couverture médicale est assurée par une répartition sur les différents points de la course. Chacun se déplace avec un sac médical permettant d’effectuer les soins courants (strappings, traitement de blessures superficielles, délivrance de médicaments usuels …). Les véhicules de la course sont adaptés au terrain : véhicules 4 X 4, quad, motos. Les soignants communiquent par radio ou téléphone entre eux ou avec les autres membres du staff répartis sur les points de contrôle et de ravitaillement. Le médecin se rend rapidement à l’arrivée ou la demande de soins est la plus nécessaire. Quelle que soit la difficulté, la présence médicale rassure.

Quel est votre rôle de médecin dans l’organisation et dans la course ?

D’un point de vue médical, l’inscription est subordonnée à la délivrance d’un certificat médical officiel spécifique datant de moins de trois mois avant le début de l’épreuve. Lors de la première journée sur le site de la course, le médecin, au cours d’un bref entretien, recueille les certificats, prend connaissance d’éventuels antécédents et de traitements suivis. Cela permet de dépister des sujets à risques qui feront l’objet d’une surveillance médicale accrue pendant la course.

Quelles sont les précautions prises avant ce voyage ?

Il n’y a pas de vaccinations spécifiques sur des séjours aussi cours. La prophylaxie médicamenteuse du paludisme est recommandée dans les régions du Sénégal classée zone 2 – 3. En parallèle, on doit se protéger contre les piqûres de moustiques avec des vêtements manches longues et pantalons, l’utilisation de répulsifs et l’usage de moustiquaires selon les conditions de couchage. Le traitement médicamenteux préconisé à de très faibles effets secondaires. Il n’y a pas à craindre d’incidences sur les capacités physiques et la performance des athlètes. Tous les conseils sont indiqués au cours de la réunion d’accueil en particulier la protection contre la chaleur, la ré-hydratation, la nutrition et l’équipement.

 Auriez-vous un mot de fin pour nos lectrices ?

La Sénégazelle est une épreuve sportive très accessible. Grâce aux conseils de préparation et de prévention, l’équipe médicale n’intervient qu’exceptionnellement pour des pathologies graves  Quelque soit le niveau sportif, la motivation des participantes aspire au même objectif final : terminer le raid de préférence sans blessures, l’essentiel étant de vivre pleinement cette belle aventure humaine et sportive.

______________________________________________________________

Les raids sportifs ont aussi leur lot de problème. Nicole LE ROUX nous commente les blessures fréquemment rencontrées et les soins à apporter.

Problèmes liés aux conditions climatiques et aux efforts répétés pendant la course.

  • L’activité physique à des températures de 25 à 30 degrés s’avère éprouvante pour l’organisme. Certains concurrents peuvent présenter sur le parcours certains symptômes : soif, sudation majeure, accélération du cœur, intolérance digestive avec vomissements, signes neurologiques à type de confusion, sensations ébrieuses, vertiges. Tous ces signes doivent être déchiffrés rapidement pour limiter les complications. Il est primordial d’astreindre les concurrentes à boire régulièrement afin d’éviter la déshydratation. L’apparition de la soif est le reflet d’une déshydration déjà installée.
  • En cas de coup de chaleur nous refroidissons rapidement la patiente en appliquant de l’eau froide sur l’ensemble de la peau.
  • Les troubles digestifs liés à l’effort physique donnent des tableaux de gastroentérites et requièrent une ré-hydratation avec adjonction de sels minéraux ainsi que le recours à des médicaments antidiarrrhéiques.

Lésions traumatiques

  • Meurtris par la course sur terrain sablonneux, soumis aux frottements et aux échauffements, les pieds sont les parties du corps les plus exposés aux blessures. Qu’il s’agisse des lésions cutanées, unguéales ou ostéoligamentaires, le soin des pieds occupe une grande place dans notre activité médicale.

Sur la Sénégazelle , des conseils pour la préparation des pieds sont proposés dans une lettre d’information envoyée aux participantes trois mois avant la course (massages avec crèmes, produits de tannage pour favoriser l’épaississement de l’épiderme ). Nous recommandons aussi le port de chaussures adaptées au terrain et testées avant la course.

En cas d’ampoules, la prise en charge dépend de la localisation et de la taille : antisepsie et ponction, excision ou mise à plat. Le but étant de permettre à la concurrente de poursuivre la course.

Les hématomes sous unguéaux douloureux devront être évacués à l’aide d’une pointe chauffée type trombone.

  • Les lésions articulaires et musculotendineuses ne sont pas rares : entorses, tendinites, déchirures musculaires. Le repos est dans ces cas l’essentiel du traitement. En fonction de la gravité, le concurrent peut prendre la décision, après avoir été informé par le médecin des risques d’aggravation de sa pathologie, de poursuivre l’épreuve soulagé par des antalgiques, des anti-inflammatoires et un strapping.

Autres pathologies 

  • Lésions cutanées généralement bénignes : blessure superficielle, dermabrasion de la peau  suite à une chute, lésions cutanées en regard de zones de frottement d’un camelbak…
  • Conjonctivites
  • Maladies infectieuses
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :