Skip to content

LE SYNDROME DE L’ENTRAINEUR

3 janvier 2012

Philippe a 43 ans. Il bosse chez France Telecom. Deux fois par semaine, il entraîne les « 15 ans » de son club de football en région parisienne. Le week-end, bien sûr, il est sur le banc de touche et coache son équipe. Avec toutes ces activités sportives, il n’a plus vraiment le temps de faire du sport ! Évidemment, il a de beaux restes techniques, il a joué en « championnat de France amateur ». Ce mardi 8 décembre au soir, alors qu’un froid glacial pèse sur le terrain, il lui prend l’idée de faire une démonstration de transversale ! Ses protégés ont intérêt à bien regarder car le geste fut unique. Un grand crac à l’arrière de la cuisse sonna le glas de toute nouvelle tentative !

Quand, il vient me voir, je lui explique que son claquage des ischiojambiers, comme de nombreuses autres blessures, s’intègre au « syndrome de l’entraîneur ». Son cerveau est apte à programmer le bon geste, son corps désentraîné ne peut plus assumer. Si on ajoute à ce déconditionnement un mouvement ample et rapide sans échauffement, on court à la catastrophe ! Alors comme tous les entraîneurs, je l’invite à garder la forme en trottinant 1 ou 2 fois par semaine… et je lui suggère de s’échauffer avec ses joueurs. Philippe me laisse finir ma tirade et ajoute avec humour : « Sans compter que la démonstration n’est pas la meilleure pédagogie… c’est ce que m’a dit un copain maître nageur ! »

Par le docteur Stéphane Cascua, médecin du sport

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :