Skip to content

THOMAS NORMAND, PRENDRE LE RYTHME DU LARGE

3 janvier 2012

Le 25 septembre 2011, Thomas Normand était aligné au départ de la Transat 6.50 qui rallie La Rochelle à Salvador de Bahia. Son intégration à l’écurie de Jean-Pierre Dick et et sa collaboration avec l’European Sleep Center  lui ont permis d’améliorer sa préparation ainsi que la gestion de son alimentation et de son sommeil.

Propos recueillis par Gaëtan LEFÈVRE

 

À 25 ans, Thomas Normand est déjà un skipper chevronné. Sa connaissance dans les domaines de la nutrition et du sommeil contraste avec son jeune âge et a étonné la rédaction de SantéSportMag.

Pouvez-vous nous décrire la Transat 6.50 ?

La Transat 6.50 est une traversé de l’Atlantique en solitaire et sans assistance. Elle rallie La Rochelle à Salvador de Bahia au Brésil avec une escale à Funchal (Madère). Cette transatlantique a pour particularité d’avoir lieu tous les 2 ans et de se courir sur de petits bateaux de 6 mètre 50, ce qui est rare pour une course au large. Elle demande une préparation de 3 ans, de la construction du bateau qui peut durer entre 6 et 9 mois au départ de la course. Pour se qualifier, les skippers réalise une course officielle d’environ 2 000 km et une autre de 2 000 km mais en solitaire et hors de tout dispositif de course. Les participants  doivent ainsi prouver à l’organisation qu’ils sont aptes à naviguer en solitaire en plein mer.

Avez-vous suivi une préparation physique avant de vous lancer dans cette aventure?

Ma préparation physique s’est faite avec mon entraîneur à Lorient, Tanguy Leglatin. Je m’entraînais essentiellement au fond avec 2 à 3 footing par semaine, un peu de fractionné et une séance de piscine hebdomadaire. La préparation était essentiellement orientée sur la gestion d’un effort longue duré. Le maniement des petits bateaux nécessite d’être à la fois explosif et endurant. La transat est une épreuve longue et je me dois d’être prêt physiquement pour naviguer plusieurs semaines.

Vous collaborez avec l’European Sleep Center. En quoi consiste ce travail ?

L’European Sleep Center dépend de l’Hôtel Dieu à Paris. Il est constitué de médecins spécialistes du sommeil. Leurs recherches s’orientent sur le sommeil en milieu nautique, et plus spécifiquement en voile où son rythme est unique. En mer, et notamment sur les courses en solitaire, les skippers sont seuls pour veiller sur leur bateau. Les nuits sont donc très courtes. L’European Sleep Center a pour mission de comprendre et définir les différentes phases du sommeil afin d’être plus efficace en pleine mer.

Comment s’organise vos cycles du sommeil ?

Pour comprendre les cycles du sommeil, il faut tout d’abord définir leurs portes d’entrée, spécifique à chaque individu.  Moi, j’en ai 4 : de 5 à 6h, de 10h30 à midi, de 14 à 15h et de 18 à 19h. Ces horaires sont cependant soumis aux contraintes de l’instant t. L’idéal serait d’avoir des cycles de sommeil d’1h30, ce qui est impossible lors de courses en solitaire. Il faut se limiter à 45 minutes maximum afin de pouvoir veiller sur le bateau. Pour gagner du temps et récupérer au maximum, on cherche à atteindre directement la phase de sommeil paradoxale ou profond.

Comment préparez-vous la gestion de votre sommeil avant le départ ?

À l’European Sleep Center, la collecte des données théoriques se fait en 2 étapes. Tout d’abord avec un électro-encéphalogramme, les chercheurs observent pendant une nuit des informations telles que le passage d’un type de sommeil à un autre. Ces études sont réalisées sur terre et en mer. Ces données permettent d’isoler les différentes phases du sommeil. Ensuite, je porte pendant une quinzaine de jours une montre afin de mesurer la mobilité de mon poignet et donc de mon corps. On analyse ainsi les périodes de baisse d’activité comme vers 14-15h après le repas. Les résultats obtenus sont ensuite mis en pratique en mer, la nuit et le jour. Ainsi, nous préparerons au mieux la course. Par exemple, on s’est rendu compte lors d’une sortie en mer que le matelas modifiait le sommeil. Un partenariat a donc été mis en place avec Literieland afin d’en constituer un sur mesure et adapté aux conditions.

Comment gérez-vous l’alimentation pendant le voyage ?

Notre alimentation est composée de repas lyophilisés, c’est-à-dire des plats déshydratés que l’on réhydrate en mer. J’essaie de manger aux heures de repas habituelles afin de respecter le rythme biologique. Concernant le contenu de mes repas, je varie un maximum. Je mange de la viande, des féculents, du fromage et un dessert comme une compote qui est un produit bon même lyophilisé. Et le soir, je consomme des produits oléagineux comme des noix de cajou.

Quel est le travail réalisé en amont dans ce domaine pour être prêt le jour j ?

Je n’ai pas de diététicien dans mon entourage. Cependant, en intégrant l’écurie de course au large de Jean-Pierre Dick, j’ai pu apprendre de son expérience. Il m’aide à gérer mon alimentation et à préparer mes repas.

Avez-vous un « petit plaisir » en mer ?

Oui ! Il s’agit d’une boite de gâteau, des Rochers noix de coco de chez Bonne Maman, que j’emporte au cas où j’aurais un coup de mou psychologique.

Qu’en est-il de l’hydratation ?

Pour la Transat 6.50, le volume d’eau est imposé. Sur la première étape qui dure 6 à 8 jours, les skippers ont le droit d’emmener 60 litres d’eau, ce qui est largement suffisant pour ce parcours. Pour la 2ème étape, nous avons le droit à 140 litres pour un peu plus de 2 semaines de navigation. Cette eau sert à nous hydrater, à cuisiner mais aussi à notre toilette. En moyenne, je bois 3 à 4 litres par jour.  J’utilise ½ litre pour la cuisine et ½ litre pour la toilette quotidiennement.

Avez-vous un secret pour lutter contre la solitude en pleine mer ?

J’emmène avec moi 2 revues et de la musique. Les revues se lisent bien car les pauses sont de maximum 10 minutes, juste le temps de lire un ou deux articles. La musique permet aussi de se déconnecter. Il est très important de pouvoir se changer les esprits de temps en temps.

Crédit photo : C.Breschi/FINANCIERE DE L’ECHIQUIER

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :