Skip to content

JEAN CLAUDE PERRIN, ACTIF UN JOUR, ACTIF TOUJOURS

20 février 2012

À plus de 75 ans, Jean Claude Perrin reste un amoureux du sport et un pratiquant invétérer. Cette ancien perchiste devenu entraineur a quitté la compétition mais pas la préparation. Rencontre avec un entraineur passionné.

Propos recueillis par Gaëtan Lefèvre

 

Nous avons rencontré Jean-Claude Perrin lors des premières Rencontres Sport Santé Senior organisé par La Mutualité Française. Souriant et les yeux brillants, il parle du sport comme un enfant de son cadeau de noël.

Pratiquez-vous toujours une activité physique ?

J’essaie de pratiquer une activité cardio-pulmonaire régulière de façon à toujours avoir une puissance organique et cardiaque. Je fais du vélo, un peu de marche athlétique lorsque les articulations le permettent, de la natation et un travail en salle pour tonifier le corps avec des exercices d’abdominaux, de dorsaux et, bien sûr, des pompes.

À quel rythme pratiquez-vous ces activités?

Plusieurs fois par semaine, soit en individuel ou alors dans les séances que je dirige lorsque j’ai des athlètes à entrainer.

Donc vous entrainez toujours !

J’entraîne 2 ou 3 fois par semaine des enfants à Colombes, essentiellement pour le saut à la perche. Au haut niveau, je fais une ou deux fois par semaine des séances avec des nageurs qui préparent les Jeux Olympiques.

Pouvez-vous nous dire quels nageurs ?

Non !

Est-ce que vous promulguez des conseils d’alimentation à vos athlètes ?

L’alimentation est la partie invisible de l’entraînement. Si l’athlète a la volonté de se maintenir à son meilleur niveau, il doit en tenir compte. Que l’on prépare les Jeux Olympiques ou que l’on pratique une activité physique pour son bien-être individuel, l’hygiène de vie est essentielle. La diététique, tout comme le sommeil, sont des éléments de bien-être important et également de soin. L’hygiène de vie est un bon sens perpétuel. Nous entendons continuellement des conseils à la radio ou dans des magazines comme le votre. Le bien-être et l’alimentation sont des sujets à la mode. Il faut donc les lire pour s’en inspirer. Schématiquement, il ne faut pas surcharger le corps, manger de manière équilibré et surtout faire appel au bon sens. C’est comme cela que vous pouvez devenir champion olympique.

Quelles sont selon vous les règles alimentaires pour être un champion ?

Je leur conseille de faire attention aux graisses, aux sucres ainsi qu’à l’alcool. Il est inutile de consommer 3 000 calories si 2 000 suffisent. Les sportifs ont aussi vite fait d’abuser de l’alcool. Le vin est une bonne chose, je ne dis pas de le supprimer complètement, mais la consommation doit être modérée. Les autres alcools, les athlètes doivent s’en méfier. S’ils peuvent les éliminer, c’est aussi bien. Au sujet de l’alimentation, ils doivent consommer équilibrer, manger des légumes, du poisson blanc et des pommes de terre que vous pouvez cuire à la vapeur. Ces plats peuvent être très agréables.

Au cours de votre carrière sportive, vous êtes-vous souvent blessés ?

Non ! Toute ma vie, j’ai essayé de tout faire pour me protéger de la blessure. Mais elle fait parti du sport. Vous ne pouvez pas toujours y échapper. Les sportifs ont souvent des entorses, des petits problèmes dorsaux ou de genoux. Chez les seniors il y a toujours le problème de l’usure des cartilages due au vieillissement de la carcasse.

Pourquoi vous êtes vous engagé dans ces Rencontres Sport Santé Senior organisées par La Mutualité Française ?

Je pense que nous ne devons pas fractionner le sport avec d’un côté, les sportifs de haut niveau qui vont aux Jeux Olympiques et de l’autre les amateurs ou les retraités qui prennent soin de leur corps. Non ! Les anciens athlètes doivent parler et partager leur expérience en participant à ces manifestations.

Jusqu’où allez-vous vous engager avec La Mutualité Française ?

J’aime beaucoup le thème. Il est tout à fait possible que je me déplace sur d’autres manifestations, en fonction de mon temps et, bien sûr, des lieux. L’éducation par le sport est une des grandes batailles politiques pour les 20 prochaines années. Il ne s’agit pas de faire 4 heures au marathon, les 100 km de Millau ou le Tour du Mont-Blanc en courant. Je parle ici d’atteindre un bien être physique individuel. Vous devez continuer à entretenir votre maison, votre jardin. Allez chercher votre journal en marchant. Faites le tour du pâté de maison en promenant le chien ! En un mot, bougez, remuez et essayez de réfléchir à la manière dont vous pouvez vous améliorer ! Et surtout, entrainez les autres ! Ne soyez pas égoïste, soyez collectif !

Crédit photo : Mutualité Française

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :