Skip to content

ANÉMONE MARMOTTAN, SON COMBAT ET SON RETOUR

20 mars 2012

Anémone Marmottan est une jeune skieuse de l’équipe de France de ski alpin. À 23 ans, sa carrière a été tronquée par de nombreuses blessures. En mars 2011, Anémone se fracture le tibia-péroné. Depuis, elle se bat tous les jours pour retrouver son meilleur niveau.

Propos recueillis par Gaëtan LEFEVRE. Photos : Agence Zoom / FFS

 

Le 18 décembre 2011, lors de la 3ème étape de Coupe du monde féminine de ski alpin, SantéSportMag accompagnait le Team Caisse d’Epargne pour encourager l’équipe de France. À cette occasion, Anémone Marmottan nous a raconté son combat contre la blessure.

Pouvez-vous nous retracer l’histoire de cette double fracture tibia péroné ?

Je me suis cassé le tibia-péroné le 1er mars dernier en Pologne. Lors de l’échauffement d’une épreuve de slalom de Coupe d’Europe, mon ski a cogné dans la base du piquet. Avec la vitesse, le choc m’a stoppée net et j’ai chuté. Résultat, double fracture du tibia-péroné ! La fracture est située tout en bas de la jambe, dans la chaussure, juste au-dessus de la malléole.

À quelle vitesse descendiez-vous ?

Il s’agissait d’un entraînement en slalom. Je devais être entre 25 et 30 km/h. Je n’allais pas vite mais la chute a été impressionnante.

Comment s’est passée votre prise en charge à Zakopane en Pologne ?

La prise en charge a été compliquée. Leurs méthodes sont très rustres et l’organisation n’est pas leur point fort. Après la chute, j’ai attendu longtemps, allongée sur le sol. Je me suis même demandée si un pisteur allait venir. Leurs services médicaux ont beaucoup de retard. Par exemple, la douleur n’est pas traitée. Un médecin suisse m’a injecté de la morphine sur la piste mais une fois arrivé à l’hôpital, plus rien. Je pensais qu’ils allaient me donner des calmants ou me placer sous intraveineuse mais les médecins font tout à vif. Je les revois me mettre une gouttière. On aurait dit une bassine comme celle de ma grand-mère pour sortir les cendres de la cheminée. Franchement, j’étais contente de rentrer en France. Parfois, on ne se rend pas compte de la chance que l’on a.

Et en France ?

J’ai été opéré le 4 mars en France. Ensuite, j’ai dû porter une attelle qui me tenait le pied et le bas de la jambe. Sur une simple fracture du tibia, les médecins préconisent de poser le pied pour que l’os consolide plus vite. Mais suite à la fracture basse du péroné, je n’ai pas pu prendre appui sur mon pied pendant un mois. Au début, chaque mouvement entraîne une douleur effroyable. Je n’ai jamais passé autant de temps sur mon canapé.

Comment s’est passée l’opération ?

L’opération consistait à traverser mon tibia et mon tendon rotulien avec un clou et à poser une plaque sur le péroné, fixée avec des vis. Je dois garder le clou dans le tibia pendant minimum 1 an et la plaque 6 mois. Cependant, l’opération pour enlever la plaque correspondait au départ de l’équipe de France pour le stage à Ushuaia. Si je me faisais opérer, je ne donc pouvais pas partir. J’ai préféré m’entraîner et skier avec. Dans le cas contraire, la saison aurait été vraiment compromise. En août, j’ai eu une nouvelle opération pour enlever les vis qui me verrouillaient le tibia. Du coup, j’ai toujours la plaque et le clou qui seront retirés au printemps prochain. Début avril, je pense.

 

Comment s’est passée votre rééducation ?

La rééducation a été très progressive. Le kiné venait directement chez moi car je ne pouvais pas me déplacer. Le premier mois, j’ai fait beaucoup d’exercices de mobilisation. Je gagnais en flexion mais peu en extension. Mon kiné travaillait aussi les cicatrices une par une. Pour le retour veineux, je devais me faire des piqûres de luvenox. J’ai immédiatement progressé. Je gagnais de plus en plus de degrés. Je suis retournée voir les chirurgiens 2-3 mois après. Ils étaient contents de l’évolution. L’étape suivante a été de me lever et de m’appuyer sur la jambe. J’ai commencé avec des béquilles. J’ai ajouté le poids du corps sur l’appui petit à petit. À cette période, j’ai beaucoup travaillé en piscine pour alléger le poids du corps. Au bout d’une à deux semaines seulement, je remettais tout le poids du corps. C’était vraiment bizarre car je sentais les 2 os qui se remettaient en contact.

Comment avez-vus été prise en charge après l’opération ?

Au début, je devais aller au centre de rééducation de Hauteville qui reçoit beaucoup de skieurs. Mais ce dernier n’avait pas de place disponible. Je suis donc restée sur Lyon, proche de mes chirurgiens. Ces derniers pouvaient venir me voir régulièrement. On discutait de la suite à donner. J’ai continué la mobilisation et on a pu attaquer le renforcement. J’ai pu très vite reprendre le travail du haut du corps type gainage, etc. Étant blessée, bas, j’ai aussi pu renforcer le quadri. En revanche, le mollet a été vraiment difficile à travailler. Je pense même que j’ai encore un petit déficit.

Quels matériels utilisiez-vous ?

À ce stade, je faisais uniquement du travail sur appui avec le poids de mon corps. Il fallait remuscler pour pouvoir tout remettre en mouvement. Il y avait vraiment du boulot. En plus de la piscine, je pédalais sur un vélo fixe. On a aussi utilisé des machines LPG sur les cicatrices, des bottes pour le retour veineux et beaucoup de froid.

Combien de temps a duré votre rééducation ?

 

Avril, mai, juin, juillet et août : 5 mois. Mais je n’ai pas vraiment arrêté la rééducation. Encore maintenant, je fais des exercices spécifiques pour mon tibia.

Votre préparation a-t-elle été modifiée pour que vous puissiez à la fois vous soigner et vous préparer pour la saison de ski ?

Au début, je ne pensais pas du tout à la préparation. Il fallait déjà remarcher, courir, faire des appuis et seulement là, on commence à réfléchir à la reprise. On regarde si on peut participer ou pas au stage de l’équipe de France. A aucun moment, je n’ai eu le temps de récupérer calmement. J’étais toujours pressée au niveau de l’emploi du temps.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :