Skip to content

PUIS-JE COURIR AVEC MON OIGNON AU PIED ?

28 mars 2012

 Sylviane nous a envoyé cette bonne question. Elle a 42 ans. En courant, elle commence à souffrir au niveau d’une petite boule qui ressort à la base de son gros orteil. C’est un hallux valgus débutant. Elle souhaite des conseils. Profitez-en !

Par le Docteur Stéphane CASCUA, médecin du sport avec la participation d’Olivier HOMAGE, podologue du sport

C et oignon au pied, Ce n’est pas un os qui pousse ! Il s’agit en fait de l’écartement progressif du premier métatarsien, la baguette osseuse qui relie la cheville au gros orteil. Ce dernier repart en sens inverse et l’articulation se tord puis forme une bosse. Le clavier des métatarsiens s’ouvre en éventail. Le pied s’étale et paraît perdre sa tonicité propre à la bipédie. En cas d’hallux valgus, l’anatomie du pied ressemble à celle de la main. Le pouce parvient à se rapprocher des autres doigts comme à l’époque de l’arboricolisme, lorsque nos membres inférieurs nous étaient plus utiles pour saisir les branches et grimper que pour courir et marcher ! Puisque, comme Sylviane, vous avez envie de continuer à trottiner sur la terre ferme, voici des recommandations. Comme vos symptômes sont modérés, elles devraient suffire à vous soulager. Si tel n’était pas le cas, médecin du sport, podologue et parfois chirurgien vous aideraient à reprendre la course sans douleur.

Chaussures et semelles adaptées !

Quand vous déroulez votre foulée, vous écrasez votre voûte plantaire. En phase finale de propulsion, vous basculez vers votre gros orteil, vous tordez votre premier rayon, votre pouce s’oriente vers les autres orteils, votre hallux valgus s’aggrave ! Il faut soutenir votre pied ! Optez pour des chaussures antipronation dont la densité des semelles intermédiaires est plus importante à la face interne. Allez voir un médecin du sport. Il vous prescrira probablement une paire de semelles correctrices spécifiquement conçues pour la course. Votre podologue du sport prendra soin d’y placer les reliefs limitant l’effondrement de votre pied : un soutien de voûte et une convexité sous le clavier des métatarsiens appelée « barre rétrocapitale ». Certains peaufinent en ajoutant une bandelette sous le premier rayon. Vos chaussures de running doivent être larges. Attention : les modèles féminins sont plus étroits. Si votre pointure vous le permet, faites vos emplettes au rayon « hommes ». Sinon, préférez les NEW BALANCE® disponibles en plusieurs largeurs.

Quelques soins chez le podologue et le kiné !

Les frottements autour de l’articulation du gros orteil sont responsables de la formation de corne. Ces durillons peuvent bénéficier d’une régularisation prudente par votre podologue ou de l’application d’une crème assouplissante et apaisante. Attention, bien que ces lésions participent à votre douleur, elles ne sont pas la cause de vos désagréments ! Elles ne sont que la conséquence de la déformation de vos pieds. Ces soins locaux ne sont pas suffisants ! La déviation de votre articulation du gros orteil place les tendons dans la concavité. À la manière de la corde d’un arc, ils ont tendance à rapprocher les extrémités osseuses et à aggraver l’hallux valgus. Plus le gros orteil s’oriente vers l’intérieur, plus ils bénéficient d’un levier efficace, plus ils tirent puissamment ! Un vrai cercle vicieux ! Placés en position courte, ces tendons ont tendance à se rétracter. Il en est de même de la face interne de la membrane articulaire. Votre kinésithérapeute peut lutter contre ce processus. Il assouplit ces structures en tirant et en mobilisant l’articulation. On parle de «  décoaptation » et de « rodage » articulaire. Il profite de vos séances de rééducation pour vous faire prendre conscience de l’effondrement de votre arche interne. Il vous propose de vous redonner la force, l’endurance et la coordination nécessaires pour renouer avec un déroulé du pas plus tonique. À vous de décliner ces nouvelles aptitudes à l’occasion de vos prochains footings !

__________________________________

90% de femmes

N’oubliez surtout pas d’optimiser votre chaussage dans la vie quotidienne. Les escarpins font  rarement bon ménage avec les semelles ; vous êtes nombreuses à renoncer à cette association. En revanche, faites le deuil des bouts pointus qui aggravent franchement la déviation de votre gros orteil. Soyez raisonnable avec les talons. Plus ils sont hauts, plus votre avant-pied est en appui et se moule sur l’extrémité de votre chaussure. Si l’hallux valgus atteint 9 femmes pour 1 homme, c’est parce que les ligaments féminins sont plus souples mais surtout parce que les femmes souffrent de normes de chaussage antiphysiologiques et arbitraires ! Mesdames, vous ne vous feriez pas bander les pieds pour qu’ils se recroquevillent « joliment »… et surtout douloureusement, comme les chinoises du moyen âge ! Alors, n’adhérez plus au diktat des critères de féminité imposé par la gent masculine contemporaine ! Revendiquez l’égalité ! Comme les hommes, optez pour des chaussures confortables… et élégantes !

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :