Skip to content

QUEL SPORT POUR LA SANTÉ DE VOTRE ENFANT ?

24 octobre 2012

À la rentrée, vous vous posez cette éternelle question. Pour multiplier les bénéfices physiques, psychologiques et intellectuels, SantéSportMagazine vous aide à faire des choix.

PAR LE DOCTEUR STÉPHANE CASCUA, MÉDECIN DU SPORT.

La maîtrise du poids est un paramètre clé de la santé de votre enfant. Le sport constitue une stratégie efficace mais insuffisante. De nombreuses études sociologiques, notamment celle menée par BURKE, montrent que la surcharge pondérale est corrélée aux heures passées devant la télévision et l’ordinateur. Elles sont associées à du grignotage mais surtout à un déficit d’activité physique tout au long de la journée. Si 2 à 3 entraînements par semaine contribuent à la dépense énergétique hebdomadaire, ils se révèlent moins efficace qu’un mode de vie dynamique. Alors, limitez les écrans, encouragez les trajets à pied, le roller, le skate, les jeux au square, les parties de ballon avec les copains. Bien sûr, complétez en l’inscrivant au sport. C’est aussi un excellent placement « santé » à long terme. WAREHAM met en évidence que le niveau d’activité physique pendant l’enfance est associé à un taux de graisse corporelle plus faible chez l’adulte. N’omettez pas un point crucial. Optimisez le contenu de l’assiette, des placards et du frigo ! Mettez-y autant de légumes que de féculents. Éliminez les chips, les sodas et les bonbons. Réservez-les à l’anniversaire entre copains ! À l’âge où le cerveau bénéficie de toutes les aptitudes pour apprendre, emmenez votre enfant à « l’école du goût ». Faites-lui découvrir toutes les saveurs et peaufinez sa perception de la satiété !

DU PLAISIR !

Lorsqu’une maman me demande : « Quel sport me conseillez-vous pour mon enfant ? », j’aime répondre « Celui qui lui plaît !‑». La joie de pratiquer se montre indispensable pour assurer un maximum d’assiduité et de continuité ! Cependant, il va sans dire que « le plaisir, ça s’apprend ; le plaisir, ça se découvre ». Beaucoup de garçons veulent faire du foot… Ils peuvent accéder au bonheur de bouger en faisant connaissance puis en se formant à d’autres sports plus originaux ! Il faut les y inciter et insister… au moins cette année ! Vous changerez à la rentrée prochaine si la mayonnaise n’a pas pris ! De toute façon, ces acquis psychomoteurs auront « musclé » le cerveau de votre enfant. Nous en reparlerons ! Les études associant bienêtre de l’enfant et pratique sportive sont très nombreuses. BROSNAHAN montre que cette sensation augmente avec le nombre d’heures hebdomadaires. Il met en évidence qu’une activité modérée réduit les conduites à risque et la prise de substances toxiques. En revanche, ces dernières s’accroissent en cas de pratiques compétitives et intensives, supérieures à 8 heures par semaine. Chez les jeunes sportifs de haut niveau impliqués dans une unique discipline, TOFLER et BUTTERBAUGH constatent une souffrance psychologique par excès de «pression» ainsi qu’une érosion de l’estime de soi en cas d’échecs répétés.

DU PHYSIQUE !

Tout particulièrement en période de croissance, le sport renforce et guide la formation de l’appareil locomoteur. Les contractions musculaires stabilisent et orientent le mouvement. Elles moulent les articulations. L’insuffisance d’activité dans l’enfance favorise le mauvais emboîtement de la rotule dans le fémur. La course et les sauts impactent les os qui, en réaction, augmentent leur densité en calcium. Ils sont plus solides. Les nageurs de haut niveau passent 4 heures par jour en apesanteur. Ils ont des os plus vulnérables que les sédentaires ! L’excès de microtraumatismes fi nit par fissurer l’os en croissance, on parle d’ « ostéochondrose ». Le jeune sportif souffre parfois du tibia, au point d’accrochage du gros muscle de la cuisse, le quadriceps. C’est la maladie d’OSGOOD-SCHLATTER, la plus célèbre des ostéochondroses. Voilà qui vous met en évidence qu’un juste équilibre s’impose et que l’hyperspécialisation précoce n’a aucun intérêt pour la santé de votre enfant… au contraire ! Le cœur de l’adulte profite aussi de l’activité physique pendant l’enfance. De façon indirecte, TELAMA met en évidence que le sport durant l’enfance augmente les chances de continuer à bouger à la maturité. De manière plus directe et selon le rapport de l’INSERM, certaines études montrent que les aptitudes physiques pendant l’enfance sont inversement corrélées à l’hypertension artérielle et à l’excès de cholestérol. Remarquez également que les habitudes sportives des parents favorisent la poursuite de l’exercice des enfants à l’âge adulte. Une bonne raison pour aller trottiner, pédaler ou nager avec eux !

DU CÉRÉBRAL !

Les sports techniques cultivent la mémoire, point d’appui de la réflexion et de l’intelligence. Dans les disciplines dites fermées, où les mouvements ne dépendent pas d’adversaires, il faut se souvenir parfaitement d’un geste ou d’un enchaînement compliqué. Dans les activités ouvertes, il faut analyser rapidement le comportement du concurrent et programmer au plus vite une réaction adaptée… Nous sommes très proches de la définition de l’intelligence. Quand le sport est collectif, la prise d’information devient encore plus complexe. La réponse motrice pertinente tient compte de la psychologie des individus et des groupes. Voilà qui nous rapproche de la notion de quotient émotionnel. Faire un peu de compétition enseigne la gestion du stress. Savoir se motiver sans perdre ses moyens, c’est le subtil compromis indispensable à la performance. Grâce à d’inévitables mauvais résultats, votre enfant apprend à relativiser puis à rebondir devant l’échec ! Tous ces processus mentaux sont transférables dans le cadre des apprentissages scolaires ou du développement intellectuel et personnel. La diversité des pratiques enrichit le patrimoine psychomoteur et offre à l’adulte la possibilité de choisir et de varier les sports. Il peut s’adapter au changement de mode de vie, aux opportunités ou aux blessures. Il peut plus aisément poursuivre l’exercice physique à l’âge où son impact préventif est maximum.

No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :